04/12/2007

Potosí

Potosí est une ville de l'altiplano située à un peu plus de 4000m d'altitude. Le climat y est très rugueux, et après les chaleurs de Cochabamba et Torotoro, nous avons été accueillis par la pluie, et surtout par le froid. La ville, dominée par une montagne, le Cerro Rico (Mont Riche), est marquée par l'histoire.
Le Cerro Rico surplombant la ville
Il y a quelques siècles, Potosí était l'une des plus grandes villes du monde et comptait plus de 200 000 habitants lorsque Paris ou Londres n'en comptaient même pas 100 000. Sa richesse, Potosi la devait justement au Cerro Rico dont les entrailles étaient remplies d'argent. Les espagnols l'ont inlassablement exploité pendant des siècles, tuant à la tâche et dans des conditions inhumaines plus de 8 millions d'esclaves, autochtones ou venus d'Afrique. L'argent était extrait ici, puis transporté à dos de llamas jusqu'aux ports de Callao (Pérou) ou Arica (Chili), d'où il était convoyé jusqu'en Espagne. La couronne espagnole reposait sur le bon déroulement de l'extraction d'argent, ici, à Potosí. Aujourd'hui cependant, Potosi a beaucoup perdu de sa superbe. L'argent du Cerro Rico a été peu à peu épuisé, et seules quelques coopératives de potosiens tentent encore de gagner de quoi vivre en minant, dans des conditions toujours aussi archaïques. Du passé faste de la ville, il ne reste que quelques jolis bâtiments et églises d'architecture coloniale.
Portail de style mestizo, calle Junín La cathédrale
Iglesia de San Lorenzo de Carangas
En plus de nous balader dans le centre-ville, nous sommes allés visiter une mine encore en activité, ce qui constitue la principale attraction de Potosí pour beaucoup de touristes. Pour l'occasion, on a eu l'immense plaisir de s'habiller en mineurs et d'avoir l'air ridicules pendant 3h !
Non, on ne va pas à la pêche aux moules...
Nous n'avons pas vu énormément de mineurs lors de notre passage, mais se promener dans les galeries creusées dans le Cerro Rico suffit pour se rendre compte à quel point leur travail est dangereux, épuisant et inhumain.
Mineurs poussant un chariot rempli de minerai
Potosí ne nous aura pas vraiment emballé, et ce qui nous aura finalement le plus plu ici, c'est un restaurant qu'on a trouvé et auquel on a enfin pu manger de la bonne viande... Après un mois et demi de pollo, on commence à saturer, vivement l'Argentine !! Nous partons demain pour Tupiza, ou nous devrions en principe retrouver le soleil et la chaleur !

3 commentaires:

Perrine a dit…

Mais quelle classe les gars!! ;-)

Dad a dit…

Costume qui vous sied à ravir ! Mais je n'ose imaginer que vous ayiez fait vivre cela à ce pauvre Russel, ... Je crains tout avec vous !
Nous suivons toujours avec beaucoup d'intérêt votre périple : les photos sont toujours superbes et bravo aussi pour les récits !
Dad

sylvia a dit…

trop top, vous rentrez avec, pour qu'on rigole....... bisou et sortez les bonnets et les mouffles finit le soleil pour le moment