14/12/2007

Los Lipez

Nous quittons San Pedro de Quemez au petit matin, étant donné qu'une grosse journée de route (ou plutôt de piste défoncée...) nous attend. Nous prenons donc la direction du grand Sud et de la région de Los Lipez, frontalière avec le Chili. Nous commençons par traverser un autre petit salar, le salar de Copoisa, puis nous passons au pied du volcan Ollague, qui culmine à un peu moins de 6000m et est encore actif, comme en témoignent les fumerolles qui s'échappent continuellement de son cratère (il paraît d'ailleurs que ce volcan a eu un regain d'activité important lors du tremblement de terre qui a frappé le nord Chili il y a quelques semaines).
Volcan Ollague
Nous reprenons ensuite la route, et après avoir traversé pendant des heures des paysages magnifiques, désolés et balayés par les vents, nous atteignons la Laguna Cuñupa vers midi, où nous déjeunons. Cette magnifique petite lagune bleutée, entourée de sommets, est peuplée de flamants roses qui se laissent facilement prendre en photo pour notre plus grand plaisir. Pendant le repas, nous aurons un sympathique visiteur, un joli petit renard très peu craintif et apparemment amateur de pommes !

Laguna Cuñupa

Flamants roses andins

Nous reprenons ensuite la route, et après avoir passé de nombreuses lagunes, toutes plus jolies et colorées les unes que les autres, nous descendons dans une grande plaine désertique, au milieu de laquelle se dresse le fameux Arbol de Piedra, curieuse formation géologique sculptée par les vents.

Une autre lagune, sur le chemin de l'Arbol de Piedra

Une vigogne, animal cousin du llama et protégé

L'Arbol de Piedra

Nous nous dirigeons ensuite vers la Laguna Colorada, probablement la plus belle de toutes celles qu'on ait vues, immense lagune de toutes les couleurs, et avec en particulier une teinte rouge vif. Cette couleur est due à la présence de plancton et micro-organismes dans ses eaux peu profondes, dont se nourrit l'abondante colonie de flamants roses qui la peuple.

Laguna Colorada

Après avoir admiré cette somptueuse lagune pendant un bon moment, nous gagnons notre auberge, toute proche. Le lendemain matin, nous partons très tôt, avant le lever du soleil, vers 4h30 du matin, pour gagner le champ de geysers de Sol de Mañana, qui s'observent le mieux justement lorsque la lumière est rasante. En réalité, ce ne sont pas vraiment des geysers, mais plutôt des fumerolles, puisqu'aucune eau ne jaillit du sol, mais bien de la vapeur d'eau très chaude et à haute pression. Le site n'en est pas moins impressionnant !

Fumerolles de Sol de Mañana

Nous repartons ensuite pour la toute dernière partie de notre circuit, qui doit nous conduire au pied du fameux Volcan Licancabur, aux bords des Laguna Blanca et Verde. Avant de nous séparer de notre chauffeur, nous prenons un bain dans des eaux thermales, chauffées à une température proche de 30ºC, le tout à près de 4600m d'altitude. Se baigner à une telle altitude, au pied du Licancabur, faut avouer que c'est plutôt sympa ! Par contre, vu le froid ambiant (il fait en dessous de 0ºC), il vaut mieux ne pas trop traîner lorsque l'on décide de sortir ! Après un copieux petit déjeuner, notre chauffeur nous dépose à un refuge tout proche, sur les rives de la Laguna Blanca, où nous passerons les 2 prochaines nuits, avec pour objectif bien sûr l'ascension du Licancabur !

La Laguna Blanca au coucher du soleil, vue depuis notre refuge

2 commentaires:

Maël a dit…

Ramène moi un flamant rose, j'en veux un, ils sont si mignons !

Yohann a dit…

ils ont tous craque quand je leur ai montre ta photo (et oui j en ai une en secret pour mes longues nuits d hiver), je te ramene tout ca en janvier entre deux descentes ;)