11/11/2007

Le défi Inca, le commencement

Voilà nous y sommes, notre voyage au Pérou se termine par un trek de 4 jours et de 40 kilomètres d'Ollantaytambo jusqu'à la fameuse cité du Machu Picchu. Le trek, tout comme le site lui-même, est très protégé, un guide nous ouvre la voie de ce fameux chemin inca. A vrai dire il n'y a pas un chemin mais plusieurs qui conduisent au Machu Picchu mais tous doivent faire face à l'isolement du site. La cité du Machu Picchu a été découverte tardivement, courant de l'année 1911 par l'historien Hiram Bingham. Aujourd'hui il est possible de se rendre très facilement sur le site du Machu Picchu à condition d'y mettre le prix, mais cet excès consumériste occulte une grande partie de la beauté du Machu Picchu et des autres sites que nous avons eu la chance de pouvoir visiter le long de notre randonnée.
Notre trek commence sous un soleil de plomb au kilomètre 82 de la ligne Cusco - Agua Calientes, ce mercredi 7 Novembre. Nous avons déjà fait connaissance avec notre guide, Juan, la veille. Juan est un jeune guide de 25 ans originaire de la province de Cusco au caractère latino très prononcé. Nous découvrons notre "groupe", les cinq autres randonneurs nous accompagnant. Il y a un couple de français, Alexandra et Jean Hugues, et trois ouest canadiens, Catherine, Kevin et Robert. Nous voilà fin prêts à partir.
Après 2 heures de marche nous arrivons à un premier site inca, Llactapata, un village de fermiers avec ses cultures en étages.
Ruines de Llactapata
Deux heures et trente minutes de plus nous suffisent pour rejoindre le premier campement, Wayllabamba, un petit village au bord du ruisseau Kusichaca. C'est ici que nous faisons connaissance avec les porteurs de l'agence, six péruviens très très discrets portant chacun plus de 30 kilos de materiel le long du trek. Le marketisme touristique a fait de ce trek un objet de luxe où la difficulté d'une randonnée de 4 jours n'infléchit en rien le confort gastronomique.
Nous nous réveillons vers 6 heures du matin le deuxième jour de trek pour gravir un col à plus de 4200 mètres, Dead Woman pass. Le chemin reste un long moment sous couvert de la forêt tropicale pour laisser place à un col verdoyant les 300 derniers mètres. Si Eddy a pu monter les 1200 mètres de dénivelé sans problème, il n'en fût pas de même pour moi. Il y a des hasards inopportuns qui font que les foudres de la tourista s'abattent sur vous le mauvais jour.
Vue du chemin inca, au coeur de la forêt
Dernières pentes avant le col Dead Woman pass, à 4200m
Nous passons une deuxième nuit quelque peu fraîche à Paqaymayu sous un magnifique ciel étoilé.
La descente sur Paqaymayu

3 commentaires:

Maël a dit…

Je vois que vous avez pensé à m'acheter un bonnet péruvien, vous serez gentils d'arrêter de jouer avec !

géraldine a dit…

Hola chiquitos? Une question: je voulais savoir si vous ne vous tapez pas trop l'affiche avec vos vêtements "Quechua"???? Hein Yohann?! Voilà, je voulais simplement savoir parce k'on a tous la même polaire!
Allez boujou chez vous
cousine

Eddy a dit…

En fait Yohann se tape grave l'affiche avec toutes ses polaires et pantalons Quechua, du coup il craque et refait completement sa garde robe avec des habits plus locaux et moins... voyants -_- ;)